Réaction de la CES au discours sur l'état de l'Union du Président Juncker

En réaction au discours sur l’état de l’Union prononcé aujourd’hui par le Président Juncker, Luca Visentini, Secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats (CES) a déclaré :

« Dans son discours, le Président Juncker a brossé un tableau idyllique de la relance économique mais il était bien trop léger quant aux propositions en matière de justice sociale. »

« Dans ses références à l’action pour le climat et la numérisation par exemple, le Président n’a exprimé aucune inquiétude pour les possibles pertes d’emplois et n’a pas évoqué la nécessité d’en gérer les conséquences sociales ou l’impact sur l’emploi. C’est alarmant et dangereux. »

« Le socle européen des droits sociaux n’a pas non plus fait l’objet d’une attention particulière alors que nous considérons qu’il s’agit de l’initiative la plus importante que le Président devra mener à bien avant la fin de son mandat. »

« Je me réjouis néanmoins de son appel pour qu’un accord à ce sujet soit atteint au plus tard lors du sommet de Göteborg en novembre. Ce qu’il n’a pas précisé, c’est la manière, cruciale selon nous, dont il suivra cet accord. »

« Je salue également sa détermination visant à obtenir une décision sur la révision de la directive relative au détachement des travailleurs bien qu’à elle seule celle-ci ne suffira pas pour parvenir à l’égalité de rémunération. Une approche plus ferme est donc nécessaire. »

« La proposition d’une Autorité européenne du travail est intéressante et nous espérons que les syndicats seront pleinement impliqués dans l’élaboration et le suivi de cette proposition. »

« La CES apprécie aussi l’annonce d’une stratégie de politique industrielle mais souhaite en savoir beaucoup plus sur ce en quoi elle consistera vraiment. »

« Nous avions espéré que le semestre européen de l’UE en matière d’élaboration des politiques serait remplacé par un semestre économique et social et nous serions dès lors heureux si l’Union européenne des normes sociales suggérée par M. Juncker accordait la même importance aux droits sociaux qu’aux droits économiques, qu’elle influence les recommandations concernant la politique économique et contribue à combattre les inégalités, y compris les énormes écarts entre l’Est et l’Ouest de l’UE. »

« Nous soutenons l’idée d’un ministre européen de l’économie et des finances et pensons également que ce ministre doit être un Commissaire européen et présider l’Eurogroupe. La proposition d’un Fonds monétaire européen est positive pour autant qu’il s’agisse d’un fonds de l’UE et non d’un fonds intergouvernemental. Cette proposition semble faire écho à notre appel en faveur d’un Trésor européen. »

« Nous soutenons aussi le souhait que davantage de décisions soient prises à la majorité qualifiée et encourageons donc le Président Juncker à insister sur ce point auprès des responsables nationaux. »

« Concernant la migration et la question des réfugiés, il faut saluer les efforts faits par le Président dans ces circonstances difficiles bien que nous ne pensons pas que payer la Turquie pour maintenir les réfugiés hors d’Europe soit acceptable. Nous estimons au contraire que la réponse des États membres à cet égard est – à quelques notables exceptions près – proprement honteuse. »

 

14.09.2017
Communiqué de presse