Les décideurs européens ne doivent pas confondre le volontariat et l'emploi des jeunes

Il convient d’opérer une distinction claire entre la participation au nouveau Corps européen de solidarité et l’emploi des jeunes à long terme, insiste le Comité des jeunes de la Confédération européenne des syndicats (CES), préalablement à la décision qui sera prise aujourd’hui au Parlement européen et à un forum des intervenants qui se tiendra le 12 avril.

Les députés vont voter sur une résolution visant à renforcer le Corps européen de solidarité, tout en veillant à garantir une distinction claire entre le volontariat et des emplois de qualité pour les jeunes. La CES salue et soutient cette approche. 

Ces deux questions ont fait l’objet d’une confusion, depuis l’annonce de la création du Corps en 2016 par le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. La résolution de la Commission de la culture et de l’éducation du Parlement européen intègre de nombreux amendements proposés par la CES. 

Tom Vrijens, Président du Comité des jeunes de la CES, déclare : « Mélanger les objectifs du Corps européen de solidarité avec l’Initiative pour l’emploi des jeunes présente le risque clair de voir le travail rémunéré destiné aux jeunes Européens remplacé par du travail non rémunéré. La résolution adoptée par le Parlement doit éviter cette confusion. »

« Le volontariat devrait valoriser plus de jeunes, ceux défavorisés en particulier, et leur donner la confiance nécessaire pour exercer une plus grande influence sur nos sociétés », ajoute le Secrétaire confédéral de la CES, Thiébaut Weber. « Mais s’engager est un choix, alors que l’accès à du travail de qualité est une nécessité. Il ne faut pas mélanger des politiques pertinentes. »

Le Comité des jeunes de la CES soutient la mise en place d’un Corps européen de solidarité visant à encourager la solidarité et la citoyenneté active, à permettre aux jeunes de développer leurs compétences et leur capacité d’interaction avec d’autres cultures et de parler plusieurs langues. Le Corps européen de solidarité peut venir compléter le programme international du Service volontaire européen (SVE), fondé par la Commission. Mais il ne peut en aucun cas contraindre les jeunes à du travail non rémunéré.

Lien vers la résolution du PE : http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=MOTION&reference=B8-2017-0238&language=FR

 

06.04.2017
Communiqué de presse