60 millions de travailleurs dépendent du fonds européen pour la relance

Cover

Plus de 10 pour cent de la population de l’UE compte sur le fonds de relance pour éviter ou échapper au chômage, c’est en substance ce qu’ont déclaré les syndicats aux responsables nationaux à l’approche d’un sommet européen crucial.

La Confédération européenne des syndicats (CES) a écrit aux responsables des institutions de l’UE et aux 27 chefs d’État et de gouvernement pour les exhorter à ne pas davantage retarder l’adoption du plan de relance de 750 milliards d’euros nécessaire pour sauver et créer des emplois.

La CES rappelle aux dirigeants qu’il y a actuellement au sein de l’UE :

  • 45 millions de travailleurs sous contrat de courte durée dont les emplois dépendent d’investissements ;
  • 14,3 millions de travailleurs en permanence sans emploi, soit une augmentation de 900.000 travailleurs depuis le début de la crise ;
  • 2 millions de travailleurs sous contrat de très courte durée très vulnérables au chômage.

La lettre signée de Luca Visentini et Laurent Berger, respectivement Secrétaire général et Président de la CES, explique :

« Ce sont là 60 millions de raisons de lancer le plan européen de relance maintenant. Ce plan représente probablement la décision la plus importante que l’Union européenne ait à prendre depuis plus de dix ans et elle ne peut être une nouvelle fois reportée. Tarder encore risque de condamner des millions de travailleurs au chômage, ce qui aurait un coût financier bien plus élevé que celui du financement de la relance. »

La CES plaide aussi pour que les dirigeants européens définissent certaines lignes rouges à ne pas franchir durant la négociation du plan :

  • Pas d’augmentation de la part des prêts afin d’en minimiser l’impact sur la dette nationale ;
  • Pas de réduction du cadre financier pluriannuel (CFP) afin de protéger les indispensables fonds consacrés à la cohésion sociale ;
  • Pas de droits de véto ni de conditionnalités budgétaires concernant les plans nationaux de relance.

 

Notes :

Le texte intégral de la lettre de la CES peut être consulté ci-dessous. 

Le Secrétaire général de la CES, Luca Visentini, est disponible pour des interviews. Veuillez à ce propos contacter Luke James, attaché de relations médias : [email protected]

15.07.2020
Communiqué de presse