Stratégie climatique à long terme de l’UE : il faut maintenant des plans concrets

Montse

La Commission européenne a publié aujourd’hui sa stratégie climatique à long terme pour l’UE. Il s’agit d’un premier pas en vue de la mise en œuvre de l’Accord de Paris des Nations unies sur le climat après 2030.

La Confédération européenne des syndicats (CES) applaudit cette initiative destinée à définir les scénarios de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour atteindre les objectifs fixés par l’accord de Paris.

« Pour les travailleurs, clarté et certitude sont des conditions nécessaires pour anticiper le changement » a déclaré Montserrat Mir, Secrétaire confédérale de la CES. « Suite à de longues discussions avec la CES et les syndicats nationaux, nous nous réjouissons des efforts visant à accorder beaucoup plus d’attention aux impacts sociaux et sur l’emploi résultant de la décarbonisation. La stratégie met à juste titre l’accent sur le fait que les conséquences sociales de la décarbonisation seront inégalement réparties entre régions et secteurs. »

« Il faut maintenant que les préoccupations en matière sociale et d’emploi qui sous-tendent cette stratégie se traduisent en actions concrètes. Le prochain budget européen doit allouer des moyens financiers significatifs pour soutenir les travailleurs tout au long du processus de décarbonisation. Les plans nationaux pour le climat que les États membres doivent développer devront impliquer syndicats et employeurs afin d’anticiper les effets de la décarbonisation sur le marché du travail. »

La CES a identifié 5 exigences clés devant guider les actions à long terme de l’UE :

  1. Un niveau d’ambition à la hauteur des engagements de Paris : la neutralité carbone nette pour l’UE d’ici à 2050 ;
  2. Une vision politique pour bâtir une économie durable et créer des emplois de qualité, une vision pour l’économie européenne du futur couvrant notamment les besoins d’investissement, les évolutions technologiques, les compétences, la politique commerciale et le rôle des services publics ;
  3. Une transition juste pour les travailleurs de telle sorte que personne ne soit laissé de côté, y compris dans les régions et les secteurs fortement dépendants des combustibles fossiles ;
  4. Veiller à ce que la décarbonisation soit mondiale et que l’industrie européenne soit protégée de la concurrence déloyale de pays tiers ;
  5. Le droit à une énergie propre et abordable pour tous.

 

29.11.2018
Communiqué de presse