Le plan d'actions de la Commission européenne sur la fiscalité des entreprises manque de mesures concrètes


La Commission européenne a publié aujourd’hui son nouveau plan d’actions intitulé Un système d’imposition des sociétés plus équitable en Europe. Les syndicats européens sont en faveur d’un système d’imposition des sociétés plus juste et plus efficace qui lutte contre l’évitement fiscal, pratique qui prive la société de milliards d’euros pour financer les services publics et la protection sociale et pour redistribuer la richesse et les revenus. Toutefois, le plan d’actions de la Commission européenne manque de mesures concrètes.


La Commission précise que les entreprises doivent payer leurs impôts où elles réalisent leur bénéfice et doivent arrêter de déplacer ceux-ci dans des pays disposant de régime fiscaux avantageux, notamment à travers les systèmes d’imposition de la propriété intellectuelle (patent boxes).


Une illustration de ce phénomène est la stratégie adoptée par McDonald’s comme dénoncée dans le rapport UnHappy Meal publié, entre autres, par EPSU et qui a déclenché une enquête préliminaire de la Commission européenne. « Le plan présente une bonne analyse et un diagnostic clair mais ne propose aucun remède immédiat pour traiter le problème » a déclaré Bernadette Ségol, secrétaire générale de la CES.


« La commission semble déterminée à en finir avec les abus actuels de la fiscalité sur les entreprises mais les deux mesures centrales du plan, à savoir une assiette commune consolidée et obligatoire pour l'impôt des sociétés (ACCIS) ainsi que la publication d’informations financières pays par pays doivent encore être publiées. Les citoyens attendent des actions en plus des belles paroles. » « On va continuer à demander aux infirmières, travailleurs sociaux, inspecteurs des impôts, pompiers de se serrer la ceinture à cause du manque d’argent public alors que de profitables entreprises transnationales comme Ikea, Google, Amazon, Starbucks, Fiat Finance and McDonald’s payent moins d’1% sur des profits faramineux », a déclaré Jan Willem Goudriaan, secrétaire général de la FSESP.


« Pourquoi repousser à la fin 2016 une version révisée de l’ACCIS qui devrait être obligatoire pour les multinationales avec aussi un taux minimum d’imposition d’au moins 25% ? La commission ne fait-elle pas confiance à son propre jugement sur une question aussi cruciale d’intérêt public ? ». « La seule mesure concrète sur la table est une liste commune de 30 paradis fiscaux, liste crée dans le but d’éviter la concurrence entre les listes nationales, mais la proposition n’inclue pas de sanctions dissuasives et ne fait pas mention des régimes fiscaux favorables aux entreprises qui se trouvent au cœur de l’Europe. L’accumulation de milliards d’euros cachés va donc continuer. » a déclaré Mme Ségol. « Tandis que 10% des emplois dans les administrations fiscales en Europe ont été supprimés depuis 2008, la seule mesure qui pourrait faciliter leur travail, la publication d’informations financières pays par pays par les entreprises, est reportée en dépit des preuves de son efficacité et qui devrait déjà être une réalité. » a ajouté M. Goudriaan.


 


Plus d'informations: www.notaxfraud.eu


 


Contact Presse: EPSU : Pablo Sánchez Centellas (Attaché de presse), +32 (0) 474 626 633 psanchez@epsu.org 


ETUC : Julian Scola, + 32 (0) 486 117 394 jscola@etuc.org


 


Note to editors


  • The action plan follows on European Commissioner Moscovici’s tax transparency package of last March including a draft directive for a compulsory exchange of information on tax rulings. It is part of the EC response to the Luxleaks revelations of last November.
  • It proposes a mandatory CCCTB for multinationals, as called for by the European Parliament, the ETUC,  EPSU and many tax justice groups. A revised proposal is to be published within 18 months. The proposed changes fail to include a common  minimum tax rate of 25% –  as called for by Parliament, EPSU and ETUC - that is slightly above the EU average nominal corporate tax rate and envisage a step by step approach that will postpone consolidation of accounts until a common tax base is agreed. 
  • Consolidated accounts means adding up all  profits and losses of a company / group of companies from different MS, to arrive at a net profit or loss for the whole of its activity in the EU. This is what will determine the final taxable base of the company or group and will potentially limit complex transfer pricing in cross-border sales. It is a crucial aspect of the CCCTB to fully capture a company's cross-border activity within the EU. The Commission promises concrete tools to offset lack of consolidation.
  • In line with the OECD/G20 backed BEPS (action plan against Base Erosion and Profit Shifting), the definition of a “permanent establishment” will be adjusted so that companies cannot artificially avoid having a taxable presence in MS where they make profits.
  • Patent box: EC states it will  continue providing guidance to MS on how to implement patent box regimes so that there is a direct link between the tax rebates and R&D; if within 12 months MS are not responsive, the Commission  states it will draft legislation.
  • A European list of 30 tax havens outside the EU without non-compliance sanctions. A common list is welcome but the absence of sanctions means that tax havens are likely to continue flourishing. Leaving out tax havens in the EU smacks of double standards. EPSU,  ETUC and Parliament call for sanctions that target the users via a ban on public contracts.
  • Extension of the mandate of EC good tax governance  to review progress on new action plan, to  determine a more strategic approach to controlling and auditing cross-border companies. The expert group consists of national tax administrations, business groups, NGOs and 2 trade unions including EPSU.
  • The intergovernmental Business code of conduct that deals with harmful tax regimes is expected to be beefed up but there are no plans to make it accountable to Parliament.
  • EC pending measure to improve double taxation dispute resolution mechanism- this has been much pushed for by business representatives at the EC good tax governance platform. There are concerns it may look like the infamous TTIP’s ISDS proposal.
  • EC public consultation on corporate tax transparency including country by country reporting, deadline for response is 6 September.
  • ETUC resolution tackling tax evasion and avoidance, 2015
  • EPSU/SEIU/EFFAT/War on Want Unhappy meal, Mc Donald’s tax avoidance strategy, 2015 www.notaxfraud.eu
  • EPSU report on impact of austerity in tax administrations in Europe, 2015 www.notaxfraud.eu
17.06.2015
Communiqué de presse