L'adoption de la directive sur le travail intérimaire marque la sortie de l'impasse sur l'Europe sociale

Bruxelles, 22 octobre 2008

La CES se félicite de la manière dont le Conseil a résolu la question de l’égalité de traitement entre les travailleurs intérimaires et les travailleurs de l’entreprise utilisatrice – la question la plus contestée de la directive, qui a bloqué tout progrès au cours des six dernières années. La directive n’introduira plus de délai d’attente général avant l’application du principe d’égalité de traitement comme on le proposait auparavant, mais elle permet uniquement une dérogation par convention collective ou - dans des conditions spécifiques - par accord entre les partenaires sociaux nationaux.

John Monks, Secrétaire général de la CES, a déclaré: « C’est le signe encourageant que l’on est sorti de l’impasse dans l’évolution de l’Europe sociale et que le progrès social au plan communautaire est nécessaire et possible. La directive établira le principe de l’égalité de traitement entre les travailleurs intérimaires et les travailleurs de l’entreprise utilisatrice, qui s’appliquera non seulement aux situations nationales mais aussi au travail intérimaire transfrontalier. C’est très important à l’époque actuelle de mobilité accrue des travailleurs et des services. La directive attribue également aux partenaires sociaux le rôle important de s’assurer de la mise en œuvre et de l’application du principe dans la pratique, qui permet la flexibilité tout en assurant la protection des travailleurs ».

22.10.2008
Communiqué de presse