La CES rencontre la chancelière Angela Merkel afin de lui exposer ses principales revendications en faveur d'une Europe plus sociale

Bruxelles, 27/02/2007

L'emploi figure en tête des priorités de l'agenda syndical. La création d'un plus grand nombre d'emplois, de meilleure qualité, est un axe fondamental de la stratégie de Lisbonne, et doit être basée sur la participation des travailleurs et la collaboration avec les employeurs. C'est la raison pour laquelle la CES apporte son soutien à la décision de la présidence allemande de mettre à l'ordre du jour la qualité du travail.

Cependant, à l'heure actuelle, le travail précaire augmente dans l'UE. La CES prend note du débat actuel sur la "flexicurité" sur le marché du travail et souligne que la flexicurité n'est acceptable que si elle améliore la qualité du travail grâce à des emplois décents et des salaires adéquats, met un terme à l'expansion du travail précaire, et concilie mieux la santé et la sécurité sur le lieu de travail. Elle doit également combiner la sécurité de l'emploi avec de nouvelles formes d'assistance aux travailleurs, afin d'assurer une protection sociale adéquate et les compétences requises pour faire face au rythme rapide du changement.

En outre, la CES demande instamment à la présidence allemande de trouver une sortie à l'impasse constitutionnelle actuelle, mais pas à n'importe quel prix. Le mouvement syndical européen estime que le traité constitutionnel représente une avancée pour l'Europe sociale et les droits des travailleurs. « Nous n'accepterons jamais un "mini-traité" qui n'intègre pas la Charte des droits fondamentaux » avertit John Monks. La CES désire une consultation ouverte sur la manière d'aller de l'avant, et s'oppose aux manoeuvres "de repli" diplomatiques et intergouvernementales.

La CES soutient les initiatives en faveur d'une stratégie énergétique européenne commune et réclame une politique ambitieuse afin de freiner les émissions de gaz à effet de serre. Cependant, les impacts sociaux de toutes les mesures doivent être prises en compte et gérées équitablement. « La CES est convaincue qu'il est urgent de mettre en oeuvre une politique énergétique européenne qui mènera l'UE sur la voie du développement durable », déclare John Monks.

A l'heure où l'Union européenne célèbre le 50e anniversaire de la signature de son traité fondateur, la CES espère que l'engagement en faveur de la dimension sociale de l'UE sera renforcé. « Nous devons améliorer les capacités économiques et sociales de l'Europe dans un univers mondialisé, de manière à obtenir l'approbation des citoyens et des travailleurs européens et à respecter les principes du modèle social européen » affirme John Monks.

- Mémorandum syndical à la présidence allemande

27.02.2007
Communiqué de presse