Auditions des Commissaires désignés: Six grandes questions auxquelles les travailleurs veulent des réponses

Commission hearings

Economie soutenable, emplois de qualité, action pour le climat, salaires minimum justes, numérisation éthique, mobilité équitable et migration sont parmi les thèmes au sujet desquels les syndicats ont demandé aux eurodéputés d’interroger les futurs Commissaires européens au cours des deux prochaines semaines.

C’est à partir d’aujourd’hui que les eurodéputés commenceront à questionner chaque membre de l’équipe proposée par Ursula von der Leyen avant le vote d’approbation de la nouvelle Commission.

En amont de ces auditions, la Confédération européenne des syndicats (CES) a soumis aux membres des groupes politiques progressistes du Parlement européen les questions auxquelles les travailleurs réclament des réponses urgentes, questions destinées à :

  • Valdis Dombrovskis et Paolo Gentiloni : Comment envisagez-vous de réformer la gouvernance économique de l’UE pour répondre à votre ambition d’une « économie qui fonctionne pour les gens » en renforçant les investissements publics, en créant des emplois de qualité et en favorisant une croissance économique durable ?
     
  • Nicholas Schmit : Pouvez-vous garantir que le Socle européen des droits sociaux sera traduit dans une législation concrète qui améliore les droits des travailleurs, y compris au plan de la santé et de la sécurité, et qui inclut une directive visant à augmenter les salaires en étendant la couverture de la négociation collective ?
     
  • Frans Timmermans : Les récentes élections ont montré que les conséquences sociales de la désindustrialisation constituent l’une des principales raisons du sentiment anti-européen. Ferez-vous en sorte que le Fonds pour une transition juste aille bien au-delà de la formation de spécialisation professionnelle afin de garantir qu’aucune région ou qu’aucun travailleur ne restera au bord de la route vers une économie verte ?
     
  • Margrethe Vestager : La Commission légiférera-t-elle pour garantir que les droits des travailleurs soient adaptés à l’ère numérique en introduisant un nouveau droit à la déconnexion, une protection renforcée des données et davantage de démocratie au travail ?
     
  • Margaritis Schinas et Ylva Johansson : Protègerez-vous la vie des personnes fuyant les conflits ou l’extrême pauvreté en organisant de véritables opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée et en mettant fin à la criminalisation de la solidarité à l’égard des migrants tout en veillant à ouvrir des voies légales de migration économique et en assurant une intégration effective des migrants dans la société et le marché du travail ?
     
  • Phil Hogan : Garantirez-vous que tous les accords commerciaux de l’UE incluront un chapitre solide et exécutoire sur la durabilité sociale et environnementale, que les partenaires sociaux seront consultés durant les négociations relatives à ces accords et que tout accord commercial futur entre l’UE et le Royaume-Uni respectera les droits des travailleurs en précisant que le gouvernement britannique ne fera pas preuve de concurrence déloyale en détruisant les droits et les conditions de travail des travailleurs au Royaume-Uni ?

Luca Visentini, Secrétaire général de la CES, a déclaré :

« Madame von der Leyen a nommé aux principaux postes de la Commission des hommes et des femmes politiques présentant un bilan solide mais les personnalités ne signifient pas grand-chose si elles ne soutiennent pas les bonnes politiques et il reste plusieurs questions quant au mandat qu’elle leur a confié. »

« Ces auditions sont le premier véritable test sur le niveau réel d’ambition de la nouvelle Commission et les syndicats veulent savoir si celle-ci répondra vraiment aux priorités des travailleurs européens au cours des cinq prochaines années. »

« La Présidente désignée de la nouvelle Commission a fait de grandes promesses en matière d’économie durable, d’emplois de qualité, d’action pour le climat, de salaires minimum justes, de numérisation éthique, de mobilité équitable et de migration. Nous devons maintenant savoir exactement comment ces priorités et d’autres politiques importantes seront mises en œuvre. »

« von der Leyen doit elle-même encore répondre à plusieurs questions importantes concernant notamment des titres de fonction impropres et le fait que son programme ne mentionne pas la santé et la sécurité au travail, l’intégration des migrants ou encore la démocratie sur le lieu de travail. »

30.09.2019
Communiqué de presse