Bruxelles, 19/12/2012

Grâce à cette Convention, les travailleurs domestiques ont aujourd’hui les mêmes droits que tous les autres travailleurs, en ce compris le droit au salaire minimum, l’accès à la sécurité sociale et la reconnaissance du temps de travail maximum et des périodes de repos obligatoires. Les travailleurs domestiques peuvent maintenant faire collectivement valoir leurs droits. Bien que la législation italienne et une convention collective fournissent déjà un cadre juridique complet aux travailleurs domestiques, seuls la moitié d’entre eux sont couverts par la sécurité sociale et 40% d’entre eux sont en situation irrégulière. La ratification donnera un nouvel élan pour aboutir à des conditions de travail décentes pour tous les travailleurs domestiques. Elle profitera avant tout aux femmes et aux migrants.

Cette ratification est d’autant plus significative qu’elle a eu lieu lors de la Journée internationale des migrants. La plupart des travailleurs domestiques sont des migrants et des femmes souvent exposées à des conditions de travail médiocres et irrégulières, en Europe comme ailleurs. La ratification par tous les États membres serait un premier pas pour rendre sa dignité au travail domestique et pour améliorer concrètement les conditions de travail et de vie de ces travailleurs. La CES demande instamment à tous les États membres de l’UE de ne pas tarder à suivre l’exemple de l’Italie.